skip to Main Content
Stud-Book du Cheval de Selle Luxembourgeois a.s.b.l.

Stud-Book du Cheval de Selle Luxembourgeois a.s.b.l.

Objectifs du S.C.S.L.

  • Élevage et promotion de l’élevage des différentes sections du cheval de selle et de sport luxembourgeois;
  • sauvegarde des intérêts de ses membres;
  • représentation des intérêts de ses membres vis-à-vis des autorités et institutions au niveau national et international.

En vue de réaliser ses objectis, le S.C.S.L offre à ses membres des services en ce qui concerne l’élevage et la tenue de chevaux. L’objet du S.C.S.L. se résume comme suit:

  • le programme d’élevage, la tenue des livres généalogiques des races prises en charge, l’enregistrement des produits et l’établissement de papiers d’origine suivant les directives de la Commission Européenne ( directive en vigueur actuellement numéro 93/623/EWG sur les documents d’identification d’équidés registrés) et les réglementations du Grand-Duché de Luxembourg;
  • la mise à la disposition d’étalons haut de gamme de renommée internationale;
  • l’organisation d’expertises et de tests de performance;
  • l’organisation de concours d’élevage.

Historique du Stud-Book du Cheval de Selle Luxembourgeois a.s.b.l.

Au cours de son histoire millénaire, le pays du Luxembourg avec sa capitale portant le même nom fut souvent la pomme de discorde des grandes nations voisines vu sa situation géostratégique au cœur de l’Europe et dû à sa forteresse imprenable appelée « Gibraltar du nord ».

Le 7 juin 1795 la forteresse de Luxembourg capitula après un état de siège pendant des mois par les troupes révolutionnaires françaises. Le 1er octobre de la même année, les Pays-Bas autrichiens, auxquels le Luxembourg appartenait, furent annexés à la France.

Le Congrès de Vienne en 1815 redéfinit les contours européens après la chute de Napoléon 1er.

Ainsi le Grand-Duché de Luxembourg fut créé et Guillaume 1er des Pays-Bas le reçoit à titre personnel. Le roi grand-duc n’hésita pas à intégrer le Grand-Duché de Luxembourg en tant que 18e province en son royaume.

En vue de mesures de restructurations, le directeur de l’école de cavalerie de la ville de Delft arriva à Luxembourg pour s’informer de l’élevage chevalin du pays.

Durant les années 1824-1826 les bâtiments furent construits par l’administration hollandaise pour servir de haras royal. Les coûts de construction s’élevaient à 114.711,11 florins.  Le haras fut équipé pour héberger 40 étalons, le nombre de reproducteurs présents ne dépassait d’ailleurs jamais les 28, même après l’acquisition de plusieurs étalons pur-sang anglais.

La qualité de membre

Le S.C.S.L. se compose de membres actifs et passifs.

Toute personne physique ou juridique qui est propriétaire d’un cheval apte à l’élevage peut devenir membre actif du S.C.S.L.. Les personnes qui sont propriétaire d’un cheval de selle ou qui s’intéressent tout simplement à l’élevage peuvent devenir membre passif du S.C.S.L.. Uniquement les membres actifs ont le droit de vote. L’admission des membres actifs et passifs est approuvée par le comité du S.C.S.L.. La cotisation annuelle est fixée par l’assemblée générale. Cette cotisation ne peut jamais dépasser la somme de 250 EUR, actuellement elle s’ élève à 50 EUR (25 EUR droit d’entrée + 25 EUR cotisation (2003)) pour les nouveaux membres et 25 EUR (année 2003) pour tous les autres membres.

On perd la qualité de membre:

  • en adressant au comité une déclaration de sortie écrite avant la fin de l’exercice;
  • par une décision de l’assemblée générale, proposée par le comité, si les conditions nécessaires de la qualité de membre ne sont plus remplies;
  • automatiquement, si la cotisation annuelle n’est pas réglée suite au deuxième rappel après un délai de trente jours;
  • si le membre ne défend pas les intérêts de l’association ou bien s’il entreprend des activités nuisibles à sa réputation;

Les droits et les devoirs des membres

Tout membre actif a le droit d’utiliser les services du S.C.S.L.. Les membres doivent respecter les réglementations et les décisions de l’association. En ci qui concerne les obligations du S.C.S.L. a.s.b.l, uniquement sa propre fortune en répond. Toute responsabilité ultérieure des membres est formellement exclue.

La version intégrale des statuts du S.C.S.L. a.s.b.l. peut être commandée auprès du président.

Le château de Walferdange

Aujourd’hui, les anciens bâtiments du château de Walferdange, tout près de la capitale de Luxembourg, ont été transformés et servent d’annexes de l’université de Luxembourg.

Les responsables s’attendaient à une influence positive du haras de Walferdange sur l’élevage chevalin du Luxembourg, mais le succès fut très maigre. En 1830, la commission agricole se faisait porte-parole des éleveurs luxembourgeois fortement mécontents : – Les produits des étalons du haras de Walferdange peuvent servir uniquement comme chevaux de selle, tandis que les agriculteurs préfèrent les chevaux de trait qui peuvent être utilisés pour des travaux agricoles dès l’âge de 2-3 ans. Les produits du haras ne peuvent être mis au travail qu’à partir de 5 ans.

Ce qui est sûr, c’est que le marché chevalin fut à cette époque en plein essor. Les agriculteurs luxembourgeois offraient au plus vite les poulains des étalons anglais et français aux marchands étrangers et faisaient ainsi de bonnes affaires. Pour l’élevage du pays d’ailleurs il n’en restait pas beaucoup. La révolution belge de 1830 mit fin à cet inconvénient d’élever des chevaux de cavalerie pour l’armée hollandaise aux dépens de l’agriculture luxembourgeoise. Le haras de Walferdange fut fermé et les reproducteurs furent transférés au haras de Tervueren près de Bruxelles.

Ainsi l’élevage de chevaux de selle était quasiment inexistant au début du 20ième siècle au Luxembourg. Vu la demande et les besoins des agriculteurs luxembourgeois une première association d’élevage chevalin fut créée le 17 mars 1921 à Ettelbruck sous la dénomination „Association d’élevage du cheval de trait belge“.

L’importation de juments et d’étalons d’autres races notamment de chevaux de selle et de chevaux de petite taille aboutissait à la création de la Fédération des Stud-Books Luxembourgeois, association agricole, le 8 décembre 1970 à Mersch. Cette fédération fut structurée en trois sections: section du cheval de trait ardennais, section du cheval de selle, section du cheval de petite taille et du poney.

La convention de coopération entre la Fédération des Stud-Books Luxembourgeois et le Stud-Book Zangersheide, signée en date du 11 mars 1991, fut une étape importante pour la „section de cheval de selle“. Cette coopération prit fin le 31 décembre 1999.

walfer

Les Stud-books Luxembourgeois

En 1999 la Fédération des Stud-Books Luxembourgeois en tant qu’association agricole a été dissoute et les trois anciennes sections furent transformées en Stud-Books entièrement autonomes fonctionnant sous le statut d’associations sans but lucratifs (loi du 21 avril 1928, modifiée par la loi du 4 mars 1994). Les Stud-Books autonomes ont créé une nouvelle Fédération, elle aussi de statut d’une association sans but lucratif.

L’approbation des statuts du Stud-Book de Cheval de Selle Luxembourgeois (S.C.S.L.) eut lieu en séance du 27 janvier 1999.

Le marquage du S.C.S.L. (L), pratiqué depuis le début des années quatre-vingt-dix, a été agréé à la date du 4 octobre 2000 à Alicante (Espagne) par l’Office de l’Harmonisation dans le Marché Intérieur – Service de l’Administration des Marques de l’Union Européenne sous le numéro 001116011 et est ainsi protégé au niveau européen jusqu’au 23 mars 2009.